Les énergies éolienne et solaire sont les sources d'énergie les **moins chères**  et de plus en plus de ménages s’y intéressent. Nous allons rouler de plus en plus à l’électrique et d'ici 2050 nous nous débarrasserons tous du gaz, deux très bonnes évolutions pour notre transition énergétique. Dans quelle mesure sommes-nous conscients de l'impact que cela a sur notre réseau électrique ?

La consommation électrique d'un ménage français est raisonnablement prévisible. Nous nous levons, prenons notre petit déjeuner, allons travailler et le soir nous nous asseyons sur le canapé à regarder la télé. Un modèle fixe et prévisible pour nos gestionnaires de réseau, avec un pic le matin et le soir, et entre les deux un dos plat. Ce modèle représente notre réseau électrique en chameau, c'est pourquoi cette courbe est également appelée courbe de chameau. Notre transition énergétique modifie cette courbe familière et le chameau se transforme lentement en canard; la courbe de canard .

Que se passe-t-il ?



Votre propre source d’énergie

La transition énergétique entraîne pas mal de changements dans la façon dont nous produisons de l'électricité. Avec les éoliennes et les panneaux solaires, vous pouvez désormais produire et utiliser votre propre électricité. Vous renvoyez également cette énergie au réseau électrique, ce qui signifie qu'en plus des centrales nucléaires historiques, la France dispose désormais de milliers de centrales éoliennes et solaires privées.

Toutes ces centrales éoliennes et solaires provoquent des changements dans notre réseau électrique. La demande d'électricité diminue pendant la journée et en même temps l'offre augmente également. Les opérateurs de réseau doivent intégrer l’évolution de cette interaction entre l'offre et la demande. Pour se faire, ils réduisent la production d'électricité via les centrales nucléaires afin de ne pas surcharger le réseau électrique. La consommation conjuguée à la fourniture d'électricité renouvelable pendant la journée font que le dos plat du chameau devient de plus en plus creux. Le dos se creuse progressivement vers le ventre pour former la courbe du canard .

Notre consommation augmente

La demande d'électricité diminue car nous nous fournissons de plus en plus d'énergie éolienne ou solaire, mais notre consommation d'énergie va aussi augmenter dans les années à venir. En effet, la voiture électrique est de plus en plus populaire. Nous nous éloignons du gaz et du fioul en passant à l’électricité pour nos besoins de chauffage et de cuisson. Deux développements forts pour notre transition énergétique, mais qui ont aussi un impact sur notre réseau électrique.

Lorsque nous rentrons chez nous avec nos voitures électriques et les mettons en charge, que nous augmentons la température de notre chauffage et cuisons nos aliments sur une plaque électrique, la demande d'électricité augmente rapidement. Cela provoque un pic de demande d'électricité le soir et c'est aussi le moment où l'offre d'énergie solaire tombe à son point zéro. Cette augmentation de la demande associée à la diminution de l'offre d’énergie forme le cou de la courbe de canard .



Les opérateurs de réseau

Les horaires entre 18h et 21h constituent le plus grand défi pour les gestionnaires de réseau. Les centrales électriques nucléaires doivent à nouveau fonctionner à pleine puissance pour compenser l’absence d'énergie solaire et pouvoir répondre à la croissance de la demande. Ce passage de « moins de demande et plus d'offre en électricité pendant la journée » à « une pénurie d'offre et une augmentation de la demande le soir » achève la courbe de canard .

     
Cet article a-t-il répondu à vos questions ?
Annuler
Merci !